Header post legalsen

Guinée: Le pouvoir d’Alpha Condé en quête de légitimité ?

par

Guinée: Le pouvoir d’Alpha Condé en quête de légitimité ?

Au regard du dernier développement de la situation sociale et politique de la Guinée, l’on est tenté de croire que le régime d’Alpha Condé se trouve effectivement isolé à l’international.

De l’avis de plusieurs observateurs, cet isolement s’il y en a eu bien sûr, est né de la volonté du président de la République de Guinée, de changer la constitution sur la base de laquelle, Alpha Condé, a été élu, réélu et sur laquelle il a juré de respecter et de faire respecter, dont le seul but serait pour se maintenir au pouvoir après 2020.

Du côté du Fndc, les responsables considèrent cela comme le fruit d’une longue lutte interne, menée par les Guinéens, qui veulent défendre à tout prix la démocratie dans leur pays.

Pour le chargé des opérations du front national pour la défense de la constitution, Alpha Condé et son gouvernement n’arrivent toujours pas à digérer « l’échec » de son coup d’État constitutionnel qui était prévu le 22 mars dernier.

Avec une telle mobilisation des Guinéens selon Ibrahima Diallo, la communauté internationale a finalement jetée un discrédit sur ce « massacre électoral ».

«Le gouvernement guinéen se trouve aujourd’hui isolé à l’international. Le président Alpha Condé et son gouvernement veulent faire payer cette situation aux membres du Fndc. C’est pourquoi ils continuent de nous arrêter. La dernière fois ils sont allés chercher une lettre de la Palestine, la Palestine d’ailleurs qui n’est même pas un État reconnu à l’international, pour dire que la Palestine félicite M. Alpha Condé pour sa nouvelle constitution et son Assemblée nationale. Ça veut dire aujourd’hui q’eux-mêmes savent qu’ils ne sont pas légitimes qu’ils ne sont pas dans la légalité. Donc il faut qu’ils veillent chercher la légitimité et la légalité ailleurs. » a martelé Ibrahima Diallo responsable des opérations du Fndc.

Parlant des multiples cas d’interpellations jugées « arbitraires » enregistrées ces derniers temps dans les rangs du Fndc. Elles traduisent la « panique » totale qui règne au sommet de l’État, selon cet opposant à la nouvelle constitution.

Source : guinee360