Header post legalsen

Mercenaires Russes : La France avertit le Mali sur le soutien de la communauté internationale

par

Mercenaires Russes : La France avertit le Mali sur le soutien de la communauté internationale

La France a avertit la Mali qu’il perdrait le soutien de la communauté internationale s’il faisait appel aux mercenaires Russes du groupe Wagner. Une déclaration de la ministre française des Armées au Sénat, ce mercredi 29 septembre.

Florence Parly a déploré les propos jugés inacceptables du Premier ministre Malien. Choguel Kokalla Maiga qui avait déclaré à l’Assemblée générale de l’Onu que la France a abandonné le Mali en plein vol avec la réorganisation de sa présence militaire au Sahel. “Si le Mali engage un partenariat avec des mercenaires, le Mali s’isolera et perdra le soutien de la communauté internationale qui est pourtant très engagée au Mali. Il n’est pas possible de cohabiter avec des mercenaires“, a déclaré la ministre face aux sénateurs.

Raison de la colère 

Les raisons de cette colère, c’est un contrat que le gouvernement malien s’apprête à signer avec une société privée russes le groupe Wagner, pour l’envoi de 1000 soldats. Qui viendraient participer à la lutte contre les djihadistes en parallèle de l’action des 5000 soldats français. Le gouvernement malien qui est au pouvoir depuis un putsch au printemps dernier entretient de mauvais rapports avec Paris. Il entend se rapprocher de Moscou pour ne plus dépendre entièrement de l’armée française.

Menace de retrait des troupes françaises au Mali 

Récemment Paris avait menacé de retirer ses 5000 soldats actuellement au Sahel, si le Mali parvenait à conclure un accord avec la société privée russe Wagner avec laquelle les autorités maliennes seraient en pourparlers d’après de nombreuses sources diplomatiques.

Groupe Wagner 

On l’appelle l’armée secrète de Vladimir Poutine. C’est une société privée qui est présente partout où la Russie a des intérêts stratégiques. Des soldats de Wagner sont intervenus en Syrie au côté de Bachar el Assad, en Ukraine au côté des séparatistes russes, en Libye ou en République Centrafricaine.