Header post legalsen

Affaire Sonko – Adji Sarr : Abdoulaye Baldé dit ses doutes : “Il y a peut-être des non dits…”

par

Affaire Sonko – Adji Sarr : Abdoulaye Baldé dit ses doutes : “Il y a peut-être des non dits…”

Abdoulayer Baldé s’est invité, dimanche, dans le dossier du viol présumé impliquant le leader du parti Pastef, Ousmane Sonko et une employée d’un salon de beauté,  Adji Sarr. Sur les ondes de Rfm, l’ancien commissaire à la Division des investigations criminelles (Dic) n’a pu “condamné” aucun des protagonistes pourvu en raison de l’absence d’”éléments probants”[…].

C’est à croire que Abdoulaye Baldé ne sait où donner de la tête en raison de la complexité du dossier de viol présumé. Une affaire, pourtant, suspendue sur toutes les lèvres depuis mars dernier. “Dans ce que j’en sais, je suis un peu dubitatif, je doute. On ne m’a pas encore donné des éléments probants qui me disent que vraiment les choses se sont passées[…]. Il y a une supputation. Chacun en a parlé. On est pas encore allé au fond des choses“, a-t-il notamment déclaré.

L’institution de l’enquêteur 

Dans mon intuition d’enquêteur“, poursuit l’ancien commissaire à la Dic, “il y a peut être des non dits.” Et dire que les éléments qui constituent un viol sont matériels et physiques. “Jusqu’à présent, je suis un peu dubitatif. Je ne condamne ni l’un ni l’autre. J’attends de voir les éléments probants qui prouveront la culpabilité et il faut aussi respecter la présomption d’innocence“, a-t-il ajouté.

Domaine politique 

Selon Abdoulaye Baldé, quand on est dans le domaine politique, pour accuser quelqu’un de façon irréfutable, il faut avoir des éléments qui peuvent assoir ce qu’on avance. Sinon, prévient-il, ça va donner l’idée ou le sentiment d’une injustice et cela n’est pas bon pour la stabilité du pays.