Header post legalsen

Immixtion de Fada dans les locales de Kaolack : L’intrusion d’un As de la trahison dénoncée…

par

De quelle légitimité Modou Diagne Fada peut-il se prévaloir pour s’immiscer dans les affaires politiques locales de Kaolack ? C’est la question que se pose le Candidat déclaré à la Mairie, Abdoulaye Khouma pour interpeller la direction de l’Alliance pour la République (APR) du Président Macky Sall.

Pour lui, Modou Diagne Fada, “Directeur général, poids plume politique” en quête d’un “Yessal” inachevé, n’a aucune légitimité pour interférer dans le processus d’une élection locale au Saloum.
Cette “intrusion provocatrice en faveur de Modou Ndiaye Rakhma” mérite, selon le Candidat de la Coalition “Domi Kaolack”, une réplique à la
mesure de l’acte de “banditisme politique” ainsi posé.

A lire aussi: « Yewwi Askan Wi » Barthélémy Dias met les points sur les i: il faut savoir raison garder

Convaincu qu’il s’agit, là encore, d’une “nouvelle manoeuvre politicienne et trompeuse de deux hommes, liés en affaire sur le dos des agriculteurs”, Abdoulaye Khouma rappelle aux Kaolackois et Kaolackoises le parcours politique et institutionnel tumultueux de Diagne Fada qui continue sa chute effrénée vers le bas.

“Les Kaolackois accepteront-ils qu’un homme qui a quitté son mentor pour un poste de président de groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale vienne leur donner des orientations politiques?

Les Kaolackois accepteront-ils qu’une épave politique, qui était presque au sommet, plusieurs fois nommé ministre à la Jeunesse, à la santé, à l’environnement… avant de toucher le fond, avec une direction, vienne leur dicter la conduite à tenir pour la gestion de leur sité?”

S’interroge Abdoulaye Khouma qui appelle le Président de la République Macky Sall, à rappeler à l’ordre ce “réformateur perdu”. Soulignant que Kaolack est et restera à l’écoute de son leader, Macky Sall, le Candidat de “Domi Kaolack” souligne “qu’à ce jour, aucun choix, aucune décision visant à désigner le chef de file du camp présidentielle à Kaolack n’a été arrêté”.

(senego)