Header post legalsen

Affaire Clinique de la Madeleine: Le cri du cœur de la mère suite «au prélèvement de la peau» de son bébé mort calciné

par

Affaire Clinique de la Madeleine: Le cri du cœur de la mère suite «au prélèvement de la peau» de son bébé mort calciné

L’affaire du bébé de sexe féminin mort asphyxié et calciné à la Clinique de la Madeleine est loin de connaître son épilogue. Après que l’enquête suite à cette tragédie a abouti à la mise sous contrôle judiciaire du directeur de ladite clinique Mahmoud Aïdibé et le placement sous mandat de dépôt de trois (3) de ses agents à savoir le pédiatre Hussein Joubaly, l’infirmière et la nurse pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger, une nouvelle information et pas des moindres se signale. Des morceaux de peau auraient été pris sur la dépouille du bébé.
« Mon cri de cœur du jour : je ne sais pas si l’information relative au prélèvement de peau de mon enfant est avérée et qu’il s’agit bien de la peau de mon bébé. Mais si tel est le cas, alors honte à cette clinique, ses dirigeants et ses complices qui cherchent à s’extirper par tous les moyens des responsabilités qui les incombent », a réagi la mère meurtrie Karima Yassine sur sa page Instagram depuis cette triste révélation. Sur ce, elle se souvient : «Qu’on me claque la porte de la nurserie lorsque je demande où est le bébé Saleh, je peux essayer de l’accepter mais, qu’ils aient osé traiter avec irrévérence et sans aucune autorisation le corps de ma fille pendant que moi, je faisais tous les étages de la Clinique à sa recherche alors que j’arrivais à peine à me déplacer, me remplit d’indignation, de colère, de souffrance».
Toujours dans ses émotions, la maman de la victime insiste tout en s’interrogeant : «Mon cœur est en miettes. Brûler et tuer mon bébé ne vous a pas suffi. Vous continuez même après sa mort. Profanation ! Qu’est-ce qu’ils t’ont fait d’autre mon bébé ? ».
Par ailleurs, Karima Yassine a également engagé le combat: «Ma Roya, je me battrai pour toi jusqu’à mon dernier souffle ».  Ceci, à travers les réseaux sociaux pour continuer à réclamer justice.closevolumeoff