Header post legalsen

Soupçonnant l’amie de son amant d’adultère. Elle envoie ses photos nue à son mari

par

Accusés de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs, Marie Sepeh et son petit ami, John Vandi, ont
comparu hier jeudi, devant le tribunal des flagrants délits Dakar. Par jalousie, explique Rewmi, Marie Sepeh avait balancé les photos obscènes de la dame R. A. Sow dans un groupe whatsapp.

Le mariage de R. A. Sow risque de voler en éclats avec cette histoire de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs. La jeune maman n’a plus de nouvelles de son conjoint depuis la publication de ses photos nues dans un groupe whatsapp.

Auteure présumée des faits, Marie Sepeh a clamé son innocence lors de sa comparution devant le tribunal des flagrants délits de Dakar, hier jeudi. A l’en croire, les images ont été prises par son amant. « C’était lors
d’une soirée d’anniversaire. Je ne les ai pas publiées. dans un groupe whatsapp », conteste-t-elle.

Quant à John Vandi qui a comparu libre, il a reconnu avoir envoyé les photos à sa dulcinée. « La partie civile était avec moi sur certaines images qui n’ont aucun caractère obscène. Toutefois, j’ignore l’auteur de la publication des photos dans le groupe whatsapp », argue-t-il.

Invitée à donner sa version des faits, R. A. Sow qui avait les larmes aux yeux, raconte : « Jonh Vandi est mon ami. On s’est connus depuis 2008. Avec l’insulte à la bouche, Marie Sepeh me menaçait de briser mon mariage. Pour ce faire, elle a ajouté mon numéro ainsi que celui de mon mari dans son groupe whatsapp.
Ensuite, elle y a publié mes photos nues. Depuis lors, mon époux m’a tourné le dos », regrette-t-elle.

L’avocat de la partie civile a par ailleurs, réclamé 10 millions FCFA, à titre de réparation. D’après Me Babacar Ndiaye, sa cliente qui est mariée à un étranger, est en train de vivre des conséquences dramatiques depuis la publication de ses images obscènes.

Le maître des poursuites a requis l’application de la loi. Pour Me Ndiogou Ndiaye, John Vandi n’a commis aucune faute. En outre, estime-il, les photos ne sont pas obscènes. Ainsi, la robe noire a plaidé le renvoi des fins de la poursuite.

L’affaire sera vidée le 23 septembre prochain.

(rewmi)