Header post legalsen

Thiès – Les populations pas très contentes de la gestion de leurs maires 

par

Thiès – Les populations pas très contentes de la gestion de leurs maires 

Dans la capitale du Rail, le sentiment largement partagé est que les habitants ne sont pas contents de la gestion des trois communes de Thiès-Est, Thiès-Nord et Thiès- Ouest. Des communes qui sont toutes dirigées par des maires appartenant au parti Rewmi…

Un habitant ayant requis l’anonymat et rencontré au niveau de l’ex-Place de France s’offusque : « c’est du n’importe quoi dans nos communes. Je suis sûr que si l’Etat décidait d’envoyer des missions d’audit au niveau de ces collectivités locales, des choses insoupçonnées pourraient être découvertes. Les maires qui dirigent ces différentes communes n’y sont que pour eux-mêmes et leurs courtisans. La promotion du bienêtre de leurs administrés semblent être le cadet de leurs soucis ».

Dans la ville aux-deux-gares, c’est peu dire que les populations sont déçues de leurs institutions municipales. « Très honnêtement, Thiès mérite plus et mieux, vu la qualité de ses personnes ressources au niveau de tous les segments de la société ». Aux yeux de Moussa Diop, ensei-gnant à la retraite, « ce qui est servi aujourd’hui aux populations est déplorable et cela se comprend parce que le Rewmi, qui est au pouvoir local, a effectivement une déformation congénitale, encéphalique même. En dehors du président Idrissa Seck qui est à la tête, les autres membres n’existent pas. Ce parti est comme un géant aux pieds d’argile ». Et son collègue, Mass Dia, de renchérir : « Rewmi manque de personnes ressources. Le casting fait au niveau des communes Est, Ouest et Nord en est la parfaite illustration. Malheureusement, c’est de mal en pis. Nous sommes condamnés à choisir entre la ‘’peste’’ et le ‘’choléra’’ »

Certes, des budgets sont votés chaque année au niveau de ces communes mais les administrés ne voient pas à quoi l’argent débloqué a pu servir. « Si, par exemple, on sup- pose un budget de 100 millions, presque les 85 millions sont utilisés pour le fonctionnement. Par conséquent, il ne reste pas grand- chose pour les investissements » dit notre interlocuteur. Un conseiller municipal de regretter : « C’est un cancer qui est là. Un cancer profond. Ce qui intéresse les élus, c’est le cabinet du maire. C’est-à-dire, le social, le carburant du maire, etc. ». Hélas, se désole un autre conseiller, « l’investissement qui va en faveur des populations, c’est le cadet de leurs soucis. L’éclairage public, le désensablement des chaussées, les poubelles et les ordures qui s’entassent dans toutes les rues et les endroits les plus stratégiques, les plus névralgiques de la ville, ça, nos maires s’en fichent pas mal »