Header post legalsen

Violence à ascendant : L’ivrogne gifle sa mère, l’abreuve d’injures et menace de la tuer

par

Violence à ascendant : L’ivrogne gifle sa mère, l’abreuve d’injures et menace de la tuer

La dame B. Diallo souffre le martyre. Malgré son âge avancé, son fils M. Gaye ne rate jamais l’occasion de l’humilier devant les siens.

Condamné à trois reprises pour des faits de vol et d’usage de chanvre indien, le fils indigne a poussé le bouchon trop loin lors de sa dernière altercation avec sa mère.

Selon Rewmi Quotidien, après avoir levé le coude à souhait, le récidiviste rentre chez lui et met sens dessus dessous le domicile.

L’insulte à la bouche, il attaque sa sœur et sa maman, gifle cette dernière et menace de la tuer.

Choqué par l’attitude du mis en cause, le voisinage alerte la police.

Les limiers rappliquent sur les lieux et interpellent l’ivrogne.

A lire aussi: Les révélations de Kouthia sur Ndeye Faye émissions « Guissé » et « Téral » Litax Ma Indiko TFM

Inculpé pour menace de mort et injures non publiques, il a été placé sous mandat de dépôt le 10 septembre dernier.

Attrait devant le tribunal des flagrants délits de Dakar une semaine plus tard, le prévenu, 37 ans, fait preuve d’indiscipline devant le prétoire.

« Tu vas me laisser parler », a-t-il lancé au juge qui venait à peine de lui notifier les charges retenues à son encontre.

Pour le corriger, le président de la séance renvoie son procès à un mois.

Lors de sa seconde comparution, hier, Gaye qui a fait son mea culpa, déclare qu’il était sous l’emprise de l’alcool.

« Je suis plombier. Quand je dois déboucher une fosse septique, je bois beaucoup d’alcool. Parfois, je fume du chanvre indien », fait-il savoir, toute honte bue.

Quant à la partie civile, elle indique qu’elle ne réclame rien à son fils. « Je veux qu’il me laisse vivre en paix », a-t-elle insisté.

Dans son réquisitoire, la représentante du Ministère public a estimé que les faits sont extrêmement graves.

En outre, dit-elle, le moyen de défense du prévenu n’est pas admis en droit pénal.

Ainsi, elle a requis deux ans d’emprisonnement, dont un ferme.

Délibéré au 2 novembre prochain.